La sexualité ne s'arrête pas à l'entrée de la maison de retraite

Il y a des histoires d'amour dans les maisons de retraite du CHU. Pour mieux les gérer, le docteur Munsch a mis au point un mode d'emploi. Qui lui a valu un prix. Comment réagir quand une mamy et un papy tombent amoureux à la maison de retraite ? C'est pour avoir répondu à cette question que le docteur Frédéric Munsch et son équipe viennent d'obtenir une récompense nationale dans le cadre du prix de l'année des patients 2011. Une distinction rare (5 projets ont été choisis en France) qui salue un certain courage : « La question du respect de l'intimité et de la sexualité des résidents âgés n'avait jamais vraiment été abordée. La sexualité ne s'arrête pourtant pas à l'entrée de la maison de retraite. C'est un sujet largement passé sous silence, voire tabou pour les enfants qui n'admettent pas que leurs parents continuent à ressentir du désir », explique M. Munsch, chef du pôle médico-social du CHU en charge de la gestion des résidences Rousselet, Roederer, Wilson et Roux. « Bon sang de savate ! » Ses travaux sur le sujet ont démarré il y a plus de deux ans à la suite d'un événement : « Une équipe de soignants n'allait pas bien parce qu'il se passait des choses entre deux personnes âgées dans le service. Certains considéraient qu'il fallait les laisser tranquilles. D'autres, choqués par la relation, avaient tendance à faire la morale aux tourtereaux. Cette division a débouché sur un conflit et aucune réponse cohérente n'était apportée ». Lire la suite sur l'Union